Les transports en commun ont énormément évolué avec le temps. L’époque des calèches et trains à vapeur a laissé la place à celle du train au fioul, puis à celle des trains à grande vitesse roulant à l’électrique. Et ce secteur est sur le point de vivre une nouvelle révolution puisqu’une société développe en ce moment une nouvelle génération de trains pilotés à distance par une intelligence artificielle et guidés par satellites. Qu’en est-il réellement ? Voici quelques éléments de réponse.

Vers des trains autonomes et pilotés par une IA

Le train de demain sera dépourvu de conducteur. C’est une réalité à laquelle devront faire face les adeptes du voyage en train dans quelques années. Voire plus tôt qu’ils ne le croient. On s’achemine donc vers un monde où les voitures, bateaux et trains seront dépourvu d’humain aux commandes. Du coup, la question que doivent sans doute se poser certains est celle de savoir comment ces machines seront pilotées.

Pour faire simple, c’est une question d’informatique. Les géants de la tech développent depuis plusieurs années déjà l’intelligence artificielle, capable de prendre des décisions à la place de l’humain. Cette intelligence artificielle a surtout pour rôle avant tout de seconder l’Homme afin de lui épargner des tâches rébarbatives ou de subalternes. Ce qui en fait un excellent moyen de dopage de la productivité d’une entreprise. C’est cet aspect de la chose qui a poussé Thales, une entreprise française, à se lancer dans le développement d’un train autonome et quasiment piloté à distance et via satellite par une IA.

Quelques challenges cependant

Bien que le tableau soit aussi idyllique, Thales affirme quand-même rencontrer de nombreux challenges. Notamment liés à la gestion du stress et la sécurité des voyageurs. Toutefois l’entreprise semble confiance pour un lancement à l’horizon 2030.