Une étude de TRL a examiné le scénario de coexistence de véhicules traditionnels et autonomes et a révélé que 22 % des collisions pourraient être évitées si nous supposions qu’un de ces véhicules était remplacé par un véhicule automatisé de niveau 4. Ce type de véhicule est contrôlé pour l’ensemble de la tâche de conduite dynamique, à la fois latéralement et longitudinalement, dans le cadre d’un cas d’utilisation défini (par exemple, la conduite sur autoroute), de telle sorte que le conducteur n’est pas obligé d’intervenir.

L’analyse de cas approfondie a également suggéré une réduction du nombre de collisions aux intersections (10 %), de collisions impliquant des usagers de la route vulnérables (10 %) et de collisions hors route avec un seul véhicule (12 %). Le rapport indique que d’ici à 2040, jusqu’à 650 accidents mortels et graves pourraient être évités chaque année grâce à l’introduction de véhicules autonomes. Ceci est basé sur une autonomie de 8 % à 19 % du parc automobile total.

L’introduction de véhicules autonomes

Même si la méthodologie donne un aperçu de l’impact possible des véhicules automatisés sur les scénarios de collision, il existe actuellement un manque de données agrégées publiquement disponibles sur l’introduction de la technologie automatisée dans le parc de véhicules et son comportement en cas de quasi-accident et de scénarios de collision.

Voici les risques avec les voitures autonomes :

Richard Cuerden, directeur de la TRL Academy, a déclaré que leur analyse suggère que l’introduction de véhicules automatisés sur les routes apportera probablement le plus grand changement en matière de sécurité routière depuis l’introduction de la ceinture de sécurité. Cependant, davantage de données sont nécessaires pour créer une vision plus approfondie et plus fiable des collisions futures et des opportunités d’amélioration de la protection des occupants.

L’importance des données

Si des entreprises individuelles collectent des données sur les performances de leur technologie en matière de collisions et de quasi-accidents, il est essentiel que les équipementiers et les fournisseurs de technologies s’unissent pour contribuer à l’élaboration d’un ensemble de données agrégées permettant de mieux cerner l’utilisation des véhicules automatisés au sein de la société.

Il est également essentiel de veiller à disposer des compétences de pointe en matière de technologie pour enquêter sur les collisions impliquant des technologies de véhicule automatisées, afin que des enseignements puissent être tirés le plus rapidement possible afin de déterminer les améliorations à apporter dans le futur.