Notre plus puissante arme contre le réchauffement climatique est la faune qui jonche notre planète. Malheureusement du fait de nos habitudes de consommation cette faune tend à se raréfier dans certaines zones du monde, ce qui favorise divers dévastes écologiques comme l’avancée du désert. Pour y remédier diverses nations se sont lancée dans un vaste chantier de reboisement mais la FAO vient d’inaugurer un projet qui pourrait bien aider l’Asie et l’Afrique à faire chuter les températures ambiantes. Ce projet constite à créer une forêt urbaine géante qui reliera les grandes villes deux continents.

La planète se réveille au chevet des forêts

Il ne se passe plus un mois sans que l’on apprenne de nos confrères de VivreDemain qu’un pays s’est engagé à planter des arbres. D’abord initié par la Grande-Bretagne qui a annoncé son intention de planter 130 000 arbres dans ses grandes villes, ce fut le tour de l’Islande d’annoncer un projet de reboisement de son territoire. L’Australie emboîta le pas en annonçant son intention de planter d’ici 2030 1 milliard d’arbres.

Des cimes d’arbres – Crédits photo : Max Pixel

Cependant c’est le cas de l’Ethiopie qui a de quoi donner des sueurs froides. Puisque le pays d’Afrique a planté 350 millions d’arbres en moins d’une journée. Sur un objectif de 5 milliards d’arbres plantés d’ici la fin de l’année.

La FAO songe à relier l’Afrique et l’Asie par une forêt urbaine géante

Déjà mis en oeuvre le projet a pour ambition de planter d’ici 2030 500 000 hectares de nouvelles forêts urbaines. Le tout en préservant 300 000 hectares de forêts déjà existantes, mais menacées.

Plans de la Grande muraille verte africaine – Crédits photo : FAO

L’objectif visé par la FAO est d’abaisser la température ambiante des villes des deux continents de 8 degrés. De même que 40 % des émissions de CO2. Baptisé la Grande muraille verte africaine, la forêt urbaine géante devrait s’étendre du sahel à la Mongolie.

 

Source :

FAO