Des chercheurs de tous les niveaux travaillent sur des concepts de mobilité alternatifs, des batteries à l’hydrogène en passant par le méthane. Ils ne sont pas toujours en accord avec les stratégies des politiciens. En Autriche, Sebastian Kurz, le principal candidat de l’ÖVP, continue de susciter le débat. Il veut faire de l’Autriche le premier pays en matière de batteries à l’hydrogène et établir des stations de ravitaillement en hydrogène dans tout le pays d’ici 2025.

Dans le contexte du débat sur le climat, le microbiologiste Heribert Insam estime qu’il est urgent d’agir. Dans le même temps, cependant, il nous invite à réfléchir et à peser tous les avantages et inconvénients des différentes sources d’énergie.

La diversité maintient les systèmes stables

Le scientifique estime que l’Autriche a commis une erreur politique en décidant il y a vingt ans de ne plus financer les installations de production de biogaz. À cette époque, avec un quota de 70%, l’Autriche occupait la première place en matière de production de sources renouvelables. Une proportion qui était largement basée sur l’hydroélectricité. 

Voici les choses à savoir concernant ces véhicules à hydrogène :

Depuis lors, le nombre d’installations de production de biogaz en Autriche a cessé d’augmenter et est resté constant, aux alentours de trois cents. En Allemagne, cependant, il existe 9500 installations de biogaz ainsi que de grandes installations photovoltaïques et éoliennes, a indiqué le chercheur. Le chercheur voit le potentiel majeur de l’hydrogène en tant que ressource énergétique en raison de son aptitude à la production de méthane.

Infrastructure existante

Les infrastructures existantes pour la production de gaz naturel pourraient également être utilisées pour la production et le stockage de méthane. La production a lieu dans des réservoirs de gaz naturel. 

De l’hydrogène est introduit dans les roches poreuses d’anciens réservoirs de gaz naturel et les micro-organismes qui y vivent convertissent l’hydrogène en biométhane, explique le microbiologiste.