Tout le monde sait que nos ressources en matières premières, telles que le pétrole, sont limitées. Une raison suffisante pour penser à des alternatives pour une grande variété d’applications. La production annuelle d’environ 400 millions de tonnes de polymères, par exemple, est encore extraite pour l’essentiel du pétrole brut. Cela pourrait bientôt changer sur ce marché, considéré comme l’un des plus importants de l’industrie chimique.

Les chercheurs de la faculté des sciences appliquées de l’université des sciences appliquées de Cologne ont mis au point un procédé d’utilisation de l’acide linoléique (pouvant être obtenu à partir d’huiles végétales par hydrolyse et distillation) comme nouvelle source à base de polymères. En conséquence, il sera possible de renoncer à l’utilisation de cet or noir dans la production de polymères car il sera remplacé à l’avenir par des huiles végétales indigènes telles que l’huile de tournesol ou de carthame.

Niveau d’intérêt élevé de l’industrie et des consommateurs

L’industrie et les consommateurs s’intéressent beaucoup aux produits à base de matières premières renouvelables. Les intermédiaires similaires aux produits pétrochimiques ou du moins similaires dans leurs propriétés fonctionnelles seront donc très probablement implémentés dans l’industrie chimique dans un avenir prévisible.

Ci-dessous une vidéo en anglais montrant ce produit :

À ce stade précoce du projet, les chercheurs sont encore incapables de prédire quand le premier produit à base d’acide linoléique sera mis sur le marché. Cependant, ils sont convaincus que cela se produira car il existe déjà d’autres polymères fabriqués à partir de matières premières renouvelables, notamment des produits à base d’acides gras.

Recherche en chimie verte à Cologne

Le projet de recherche interdisciplinaire vise à renforcer encore l’expertise de l’université technique de Cologne en biotechnologie et en chimie verte. Dans le même temps, les scientifiques souhaitent que leur processus de développement, connu sous le nom de Linopol, contribue à des processus plus respectueux de l’environnement dans l’industrie chimique. 

Cela conduira à la mise en place d’une recherche interdisciplinaire à long terme dans le domaine des processus durables à la faculté des sciences naturelles appliquées du TH Köln à Leverkusen.