Depuis son rachat par un consortium chinois, Volvo n’a plus jamais été le même. Succès à répétition, virage à 360 degrés et orientation vers les véhicules électriques ont fait de la firme suédoise l’une des plus modernes et en vue du moment. Au point où ses ventes ont grimpé générant des bénéfices désormais injectés dans sa filiale Polestar. En parlant de cette dernière, Polestar vient d’annoncer le lancement du développement de la seconde itération de sa berline 100 % électrique.

Polestar 2 : plus racée, plus agressive et surtout très agréable à regarder

Le Polestar 2 s’inscrit dans la continuité de la sobriété ou du minimalisme scandinave. On y retrouve du coup des luminaires très fins assujettis à un liseré transversal dans lequel son logées des lampes micro-LED.

Le pack de carrosserie a été revu pour être plus agressif, tout en conservant les points forts de la première version de l’auto.

De très hautes performances sur route

Polestar a décidé de mettre les petits plats dans les grands avec son prochain modèle de véhicule électrique. La 2 comme la marque l’a surnommée, devrait du coup embarquer des équipements de haute voltige dont notamment un duo de moteurs électriques situés de par et d’autres des tambours de roue de l’essieu avant. Ces moteurs électriques décupleront environ 408 chevaux de puissance et 660 Nm de couple.

Soit de quoi débouler à plus de 200 km/h sur le bitume. D’ailleurs la vitesse de pointe de la Polestar 2 est de 210 km/h.

Entre autres, il faudra compter sur une batterie de très grande capacité. Comptez environ 500 km d’autonomie. Du coup, l’on comprend que Polestar a dans sa ligne de mire le Tesla Model 3 dont le prix pointe à 35 000 dollars. Le Polester 2 sera quant à lui lancé à presque 60 000 euros, mais jouira de la présence de dispositifs de sécurité ou d’infotainment de dernière génération. Dont l’assortiment Google Maps, Google Assistant et Google Play Store.

Enfin un écran de 11 pouces sans bordures ornera la planche de bord tout en donnant accès aux commandes de bord.

Source :

Neozone