Si un agent de police pense que vous avez trop bu avant de prendre le volant de votre voiture, il peut utiliser un alcootest pour estimer votre taux d’alcoolémie sur le champ. Il s’agit d’ailleurs d’une opération très fréquente lors des contrôles routiers. Cependant, depuis toujours, il n’était pas possible de déterminer si le conducteur a fumé de la marijuana.

Si un policier pense que vous conduisez tout en étant défoncé, il ne dispose actuellement d’aucun moyen factuel pour confirmer ses soupçons. Il doit généralement se fier à des tests subjectifs de sobriété en bordure de route. Maintenant, cependant, la start-up canadienne SannTek Labs dit avoir développé un alcootest pour la marijuana et elle a attiré l’attention du principal accélérateur de start-ups Y Combinator.

Les questions d’argent

SannTek vient d’obtenir un financement en tant que l’une des start-ups de l’été 2019 de Y Combinator pour son SannTek 315, un appareil qui analyse les molécules dans le souffle d’une personne pour déterminer la quantité de marijuana qu’elle a fumée au coures des 3 à 4 heures précédentes.

Ci-dessous une vidéo présentant ce genre de technologie en anglais :

Toutefois, on ne sait pas encore si cette technologie peut détecter la consommation de cigarettes. Le dispositif détecte spécifiquement le Delta-9 THC, qui est le composant psychoactif prédominant du cannabis. Si les gens conduisaient avec une concentration élevée de cette substance, la motricité est sérieusement diminuée.

Approbation de la technologie

SannTek prévoit de vendre son alcootest de marijuana à la police pour moins de 1 000 dollars, mais uniquement si les pourparlers en cours avec les autorités américaines responsables des transports se déroulent comme prévu.

La seule manière pour un agent de police d’acheter cela est que si la NHTSA, l’autorité responsable de la sécurité routière, y appose son approbation. Il faudra donc attendre que cette institution donne son feu vert avant de commercialiser ce dispositif.

Source :

Futurism