Après Peugeot et sa e-208, DS et sa DS 3 e-Tense ou même Opel et sa e-Corsa dérivée de la e-208, Citroën était la seule marque du groupe PSA à ne disposer d’aucune référence électrique dans son catalogue de véhicules. Ceci devrait notamment changer dès l’an prochain, puisque la marque aux chevrons compte lancer en 2020 sa première voiture 100 % électrique, dérivée de la C4 classique. Nous en savons un rayon à son sujet.

C’est un responsable de l’entreprise qui l’a confirmé

Sans citer son nom, Carscoops soutient que c’est un haut cadre de la marque française aux chevrons qui lui a confirmé la grosse nouvelle de la semaine. Car en effet, Citroën était l’un des derniers acteurs de la scène auto française à être dépourvu d’un modèle à motorisation électrique dans son éventail de voitures.

« La prochaine Citroën du segment C proposera des motorisations essence, diesel et 100 % électrique. Elle reposera sur la nouvelle plateforme CMP du Groupe PSA » a déclaré ledit haut cadre au site d’actualité automobile.

Une Citroën C4 électrique dans les bacs pour 2020

D’après les premiers bruits de couloir inhérents à cette auto, la C4 électrique devrait être conçue sur la plateforme e-CMP commune aux autres modèles verts de PSA.

En outre on y retrouverait un moteur de 100 kW + une batterie de 50 kWh, ce qui devrait théoriquement lui conférer une puissance comprise entre 150 et 250 chevaux, pour une autonomie culminant à 300 km. Soit à peu près la même autonomie que les e-208 et e-Corsa. Toutefois la C4 serait un niveau au-dessus en termes de finitions, la voiture ayant plus une connotation grand luxe.

Le designer Avarvarii s’est même amusé à pondre un rendu 3D de ce à quoi pourrait ressembler une C4 électrique en se basant sur les dernières données émanant du département design de PSA. Le moins qu’on puisse dire est que cette électrique aura de la gueule et des arguments à faire valoir.

Citroën dos au mur

Pour rappel 2020 marquera l’entrée en vigueur des objectifs CO2 européens.

Du coup Citroën comme bon nombre d’autres marques automobiles se devront si elles veulent continuer à commercer dans le marché unique, de densifier l’électrisation de leurs catalogues tout en réduisant drastiquement les émissions de dioxyde de carbone de leurs modèles thermiques.