Bien qu’elle aide à rafraîchir nos maisons, bureaux et autres espaces publics, la climatisation n’est absolument pas un bon plan pour l’environnement. Elle y rejette en effet nombre de substances nocives pour notre écosystème, notamment les CFC et le fluor, qui participent au renforcement de l’effet de serre. Alors qu’il demeure à ce jour impossible et non viable de remplacer la clim par des solutions solaires ou éoliennes, une alternative consistant en l’installation de tuyaux d’eau glacée souterrains pour rafraîchir nos villes pourrait bientôt voir le jour.

La climatisation est nocive pour l’environnement, c’est un fait indéniable

En référence à un rapport émis par l’ADEME (Agence de l’environnement et de la maîtrise de l’énergie) la climatisation serait vraiment très nocive pour notre écosystème. Elle rejetterait en effet les fluides frigorigènes notamment type CFC et HCFC, responsables de l’augmentation des gaz à effet de serre.

Un climatiseur de type Split – Crédits photo :

Du coup, il urge de les remplacer par des solutions plus viables environnementalement. Surtout lorsqu’on tient compte du fait que le ratio production et consommation est en défaveur de la climatisation (elle consomme 1 mégawatt d’électricité pour ne produire que 2 mégawatts de froid dans la ville de Paris).

Des tuyaux souterrains pour remplacer la climatisation

C’est dans la ville de Boulogne-Billancourt non loin de Paris qu’un ancien site industriel Renault a été reconverti en théâtre géant de tests d’un type nouveau de climatisation. Ce type de climatisation est en fait un réseau de refroidissement qui se sert d’eau captée dans la nappe phréatique pour produire de la fraîcheur afin d’abaisser la température d’espaces clos.

Ces canalisations transitent par le sol et abaisse jusqu’à 4 degrés Celsius la température ambiante en fonction des équipements mis en place.

Moins énergivores que les 1,6 milliards de climatiseurs installés dans le monde, ce réseau de canalisation est similaire à celui installé par Engie de EDF dans la capitale française et qui alimente l’Assemblée Nationale ou le Musée du Louvre. Le réseau d’Engie produirait jusqu’à 4 mégawatts de froid pour 1 d’électricité consommée.