Selon les données du World Economic Forum, la production de plastique dans le monde s’est multipliée par 20 en 50 ans, un chiffre qui met en avant un réel danger pour la planète. D’ailleurs, ces dernières années, ONG et activistes n’ont cessé d’attirer notre attention sur la pollution qu’entraînent les déchets plastiques. Parmi les composants de ces déchets, on retrouve forcément la bouteille en plastique.

D’après le rapport des ONG Plastic Oceans UK et Earthwatch Europe, cette dernière constitue la forme de déchets qu’on retrouve le plus dans les eaux vives en Europe, en eaux douces comme dans la mer. En plus d’être un danger pour la faune et la flore, marine ou terrestre, la production de ces bouteilles jetables est également responsable d’une grande partie des émissions de CO2. N’est-il donc pas temps de multiplier les bons gestes de recyclage pour réduire ces déchets, ou même de favoriser le zéro bouteille plastique ?

La France, gros consommateur d’eau en bouteille

Chaque année, les Français consomment 9,3 milliards de litres d’eau embouteillée, une quantité suffisante pour remplir 14 fois le Stade de France. Avec un tel chiffre, la France se classe ainsi parmi les plus gros buveurs d’eau en bouteille dans le monde, en cinquième position après le Mexique, la Thaïlande, l’Italie et l’Allemagne. Bien évidemment, investir dans le recyclage est plus que nécessaire dans de pareils cas. Les solutions sont nombreuses et les professionnels commencent également à proposer des équipements, tel le broyeur à plastique, destinés à des usages domestiques. Découvrez ici les désavantages des bouteilles plastiques, et l’arnaque de l’eau en bouteille, un concept marketing auquel les Français sont malheureusement sensibles.

La consommation d’eau plate est celle qui fait énormément grimper le chiffre en France. Elle représente 82% des utilisations d’eau en bouteille, alors que l’eau pétillante ne constitue que 18%. Une telle consommation n’est pourtant pas nécessaire, car l’eau du robinet peut parfaitement remplacer l’eau minérale en bouteille. L’attrait pour ces bouteilles d’eau s’explique en effet par un coup marketing très réussi !

Les tests le confirment d’ailleurs : à l’issue d’un blind test, on a constaté que les consommateurs préfèrent davantage l’eau du robinet. La promotion de l’eau minérale, avec les arguments sanitaires qui l’accompagnent, ne constitue donc qu’une technique marketing. Mais les bénéfices qu’ils réalisent expliquent pourquoi les acteurs de ce secteur déploient tous les moyens possibles pour maintenir la consommation d’eau en bouteille, cette industrie étant estimée à 150 milliards d’euros. Les entreprises qui travaillent dans le secteur ont ainsi tout à gagner avec le rythme de la consommation et des bénéfices générés. La planète et ses habitants vont cependant tout perdre si on ne réduit pas l’utilisation de ces bouteilles jetables.

Des impacts écologiques et sanitaires désastreux

Les conséquences sur l’environnement sont les plus visibles, et se sont intensifiées au fur et à mesure que les différentes générations se sont approprié la bouteille en plastique. Avec les sacs et les pailles, celle-ci forme les déchets plastiques qui s’accumulent dans les océans ou même dans les eaux douces. Il suffit d’ailleurs de passer par quelques côtes françaises pour constater l’ampleur des dégâts avec les déchets qui s’y entassent. Celles de Marseille, de la Corse ou de Nice font partie des plus touchées, où l’on peut constater des décharges à ciel ouvert.

Ces déchets vont également s’éparpiller dans les fonds marins et mettent à mal la faune et la flore. Ingérés par les animaux marins, qui les confondent avec leur nourriture, ces déchets finissent par les étouffer et les tuer. Il est d’ailleurs fréquent de voir des dauphins, des baleines ou des tortues s’échouer sur les côtes. Parfois, avec un peu de chance, les particules ingérées ne tuent pas ces animaux, mais les empêchent de se nourrir et de se reproduire correctement.

Tout ceci a une conséquence indirecte sur la santé. Les scientifiques ont en effet relevé qu’une centaine d’espèces marines finissent par ingérer les particules plastiques jetées dans les océans. La moitié de ces espèces fait partie de notre alimentation. À notre tour, nous allons donc également ingérer ces micro-particules. Avec le temps, ils vont s’accumuler et devenir des nano-particules qui peuvent s’attaquer à nos cellules et nos organes et entraîner des maladies graves.

Les solutions de recyclage des bouteilles d’eau en plastique

Si pour l’heure, il vous est difficile de vous passer d’eau embouteillée, il faut au moins participer au recyclage pour réduire l’impact environnemental. Les bouteilles en plastique peuvent se recycler de différentes manières. Vous pouvez ainsi les transformer en serre et les utiliser pour concevoir un jardin potager.

Il suffit de couper la partie inférieure et de les remplir ensuite avec de la terre. Il s’agit d’une technique très prisée pour faire de l’agriculture urbaine. Aussi, même avec peu d’espace, vous pouvez développer votre jardin potager avec ces bouteilles en plastique. Vous pouvez par exemple y planter de la ciboulette, de la menthe ou du cerfeuil, ou vous en servir pour faire des semis. Dans votre jardin, vous pouvez également construire des mangeoires à oiseaux avec ces contenants.

Autre alternative : les utiliser dans la maison, pour la décoration ou comme boîtes de rangements pour vos bijoux ou vos stylos. Quelques petits travaux de bricolage suffisent pour cela, afin de les transformer en petites boîtes design.

Enfin, vous avez la possibilité de proposer vos déchets à des organismes qui travaillent dans le recyclage ou des entreprises qui œuvrent dans la plasturgie. Vous pouvez alors vous doter d’un broyeur à plastique, et détruire vos bouteilles avant de les confier à ces entreprises spécialisées.

Les alternatives à l’eau embouteillée

Outre les déchets générés par les bouteilles en plastique et les conséquences qu’elles engendrent, la production de l’eau embouteillée est également responsable d’émissions de gaz à effet de serre. Il faut en effet 100ml de pétrole, 80g de charbon et 42l de gaz pour produire une seule bouteille d’eau. Cette pollution se poursuit pendant l’incinération des bouteilles usagées. Pourtant, l’eau en bouteille est loin d’être la meilleure solution pour notre santé. Fabriquées avec du polyéthylène téréphtalate, certaines particules comme les phtalates, l’antimoine ou l’acétaldéhyde peuvent se détacher de cet élément chimique. Ingérées, ces particules peuvent provoquer des troubles respiratoires, des troubles endocriniens ou un cancer.

Il existe par ailleurs des alternatives à l’eau en bouteille. À la place, vous pouvez utiliser des bouteilles en verre, bien qu’elle se révélera plus chère. Investir dans un filtre ou dans un purificateur constitue ainsi la solution. En effet, par les différents traitements auxquels elle passe, l’eau du robinet est potable, mais peut contenir des résidus de métaux qui viennent des canalisations, ou des éléments nuisibles provenant de son traitement. Le filtre ou le purificateur vous permet de les éliminer et de purifier l’eau. Ce traitement vous aide également à enlever l’odeur ou le mauvais goût de l’eau du robinet. Opter pour de l’eau filtrée et purifiée vous permet ainsi de faire un geste pour la planète tout en réduisant vos dépenses.