Dans une nouvelle étude, des chercheurs de l’université de Toronto ont démontré un moyen novateur et non invasif de manipuler des cellules via la microrobotique. La manipulation cellulaire, le déplacement de petites particules d’un endroit à un autre, fait partie intégrante de nombreuses activités scientifiques.

Une des méthodes de manipulation des cellules consiste à utiliser des pincettes optoéletroniques (OET), qui exploitent divers modèles de lumière pour interagir directement avec l’objet d’intérêt. En raison de cette interaction directe, il existe des limites à la force pouvant être appliquée et à la vitesse à laquelle le matériel cellulaire peut être manipulé. C’est là que l’utilisation de la microrobotique devient utile.

Le potentiel des microrobots

Au lieu d’utiliser la lumière pour interagir directement avec les cellules, des microrobots sont utilisés pour ramasser le matériel cellulaire, le transporter puis le délivrer. Cette procédure peut être réalisée à des vitesses supérieures tout en causant moins de dommages par rapport aux méthodes OET traditionnelles.

Ci-dessous une vidéo en anglais expliquant le fonctionnement de l’OET :

La capacité de ces microrobots basés sur la lumière à effectuer un contrôle, une isolation et une analyse non invasifs et précis de cellules dans un environnement biologique complexe en fait un outil très puissant.

Une technique beaucoup plus rapide

Les techniques traditionnelles utilisées pour manipuler des cellules individuelles tout en les évaluant par microscopie sont lentes et fastidieuses, et nécessitent une grande expertise pour être réalisées. Mais ces microrobots sont peu coûteux et très simples à utiliser.

De plus, ils ont un large éventail d’applications dans les sciences de la vie et au-delà. En plus de l’analyse cellulaire, les microrobots peuvent également être utilisés pour le tri cellulaire, le séquençage de l’ARN et la fusion cellulaire. Les cellules souches neurales répondent à une multitude de signaux et de stimuli environnementaux dans leur niche. Ces microrobots permettent un contrôle des cellules et de leur micro-environnement.

Source :

Techxplore