L’infection au VIH est probablement l’une des plus répandues du globe avec une incidence sans cesse croissante et estimée à 36 millions de malades. Si l’évolution de la maladie, la connaissance de ses mécanismes et de ses complications sont désormais connus de tous ou presque, les traitements y relatifs sont toujours aussi rares et complexes. A l’heure actuelle on ne soigne pas le VIH, on prévient les complications. Toutefois un traitement inédit vient de voir ses premiers résultats publiés, il aurait réussi à éliminer 100 % des traces du virus dans l’organisation d’animaux.

Le VIH, un mal qui tue sans cesse et à petit feu

Sans vouloir revenir sur ce qu’est le VIH nous dirons tout simplement qu’il s’agit du Virus d’Immunodéficience Humaine. Ce virus justement qui fut découvert en Afrique serait responsable de la destruction du système immunitaire. Une fois les défenses de l’organisme mise hors d’état de nuire toutes les pathologies, des plus banales aux complexes, colonisent un corps faible et dépourvu de moyen de riposte. On parle dès lors du stade SIDA (Syndrome de l’Immunodéficience Acquise).

Si à ce jour les antirétroviraux sont le seul traitement disponible pour lutter contre l’infection au VIH, l’effet de ces derniers ne permet que d’empêcher la réplication du virus. Ils ne détruisent pas le virus mais amoindrissent leur pouvoir destructeur.

Un nouveau traitement expérimental vient de voir le jour et aurait réussi à guérir totalement de la maladie des animaux. Compte tenu de la similitude entre les animaux du règne des mammifères et l’Homme, on ose dès lors croire en une transposition de ces résultats chez les humains.

Des animaux débarrassés du VIH

Ce nouveau traitement baptisé Laser ART associe des antirétroviraux à des ciseaux génétiques qui pratiquent de l’édition génomique. Ce traitement inédit détruit l’ADN du provirus créé par les particules virales une fois qu’elles pénètrent les cellules à récepteurs CD4 de l’hôte.

L’avantage de ce traitement est qu’il permet de réduire la fréquence de consommation des antirétroviraux puisque l’action de Laser ART permet une libération lente et maîtrisée de la dose administrée.