Des scientifiques de l’université de Lancaster au Royaume-Uni ont inventé et breveté un nouveau type de mémoire informatique qui serait capable de réduire la consommation énergétique dans le domaine du digital. L’utilisation accrue d’ordinateurs et de gadgets, à la maison, a eu un impact considérable sur les économies d’énergie.

De plus, d’ici à 2025, un tsunami de données devrait consommer un cinquième de l’électricité mondiale. Mais cette nouvelle technologie pourrait réduire immédiatement d’un cinquième le pic de consommation énergétique des centres de données. Cela permettrait également, par exemple, aux ordinateurs qui n’ont pas besoin de redémarrer et qui pourraient instantanément passer en mode veille.

Une mémoire universelle

La technologie est la concrétisation de plusieurs années de recherche. D’ailleurs, les ingénieurs et les scientifiques ont eu des difficultés à développer une mémoire universelle depuis des décennies. La mémoire universelle, qui contient des données stockées de manière robuste et facilement modifiables, est considérée par la majorité comme une technologie impossible à réaliser. Toutefois, la conception de ce dispositif prouve le contraire.

Voici une vidéo en anglais expliquant le fonctionnement de la mémoire informatique :

Le dispositif de mémoire électronique a déjà obtenu un brevet américain. Un autre brevet est toujours en attente. En même temps, de nombreuses entreprises ont manifesté leur intérêt pour cette technologie. La plupart sont d’ailleurs activement impliquées dans la recherche.

Comment les chercheurs ont-ils réussi ce pari ?

La mécanique quantique a été utilisée par les chercheurs pour élaborer ce dispositif. Ils ont pu résoudre le problème lié à la stabilité des données à long terme et l’écriture qui nécessite souvent une consommation importante d’énergie. Cet appareil pourrait changer le marché de 100 millions de dollars de la mémoire DRAM. Il s’agit de la mémoire de travail des machines qu’on trouve actuellement sur le marché.

Même si l’écriture de données dans la DRAM est rapide et à faible consommation d’énergie, les données ne sont pas sécurisées et il faut les actualiser continuellement pour éviter leur perte. Ces solutions sont peu pratiques. Quant aux disques flash, ils peuvent stocker d’importantes données, mais présentent une lenteur considérable lors de l’écriture.  

Source :

Techxplore