D’après les informations qu’ils veulent bien nous distiller à ce sujet, les géants des techs destinent l’IA à un dessein de plus large envergure que celui de conduire une voiture sans assistance humaine. On trouve notamment dans les champ d’expertise futur de ces bouts de code fonctionnant comme des cerveaux humains la capacité de détecter précocement des maladies graves, comme le cancer. Google vient en effet d’annoncer avoir réussi à déceler le cancer du poumon chez un patient grâce à une IA.

Un cancer hautement meurtrier

Avec un taux de mortalité estimé à 2/4 millions d’individus par an le cancer du poumon est de loin le plus meurtrier de tous, d’après l’OMS.

Son diagnostic repose à l’heure actuelle sur des bases cliniques et paracliniques. Le médecin en découvrant des signes fonctionnels des poumons sera orienté vers un retentissement plus large à l’échelle de l’organisme puis demandera un scanner pour confronter sa clinique aux données recueillies par la machine durant la réalisation du scanner pour énoncer le diagnostic de cancer du poumon.

Cependant la grosse problématique du cancer du poumon est liée au fait que la maladie ne soit en général découverte qu’à un stade déjà avancé. L’outil de Google aiderait donc à dénicher l’anomalie bien plus tôt.

Google au secours des malades du cancer

Il faut savoir que le cancer du poumon est le plus meurtrier de tous. Son taux de mortalité est plus élevé que ceux des cancers du sein, des ovaires où même du col de l’utérus. D’où l’intérêt de son dépistage précoce pour améliorer la prise en charge et réduire sa mortalité.

Cette petite révolution pourrait bien être déterminante pour la survie d’un malade atteint de ce cancer très nuisible.

Le cancer – Crédits photo : The Blue Diamond Gallery

En étroite collaboration avec des chercheurs et médecins de l’hôpital universitaire de Northwestern, les équipes de Google on réussi à mettre en place une intelligence artificielle qui serait à même de déceler un cancer du poumon à son stade le plus élémentaire en ne se basant que sur les données de dépistage et une analyse plus poussée de l’anatomie du corps du malade comme l’expliquent si bien Daniel Tse et Shravya Shetty.

« Le système d’intelligence artificielle utilise le deep learning 3D volumétrique pour analyser l’anatomie complète du scanner thoracique, ainsi que des correctifs basés sur des techniques de détection d’objets identifiant des régions présentant des lésions malignes ».

Une tendance qui tend à se généraliser

Les sociétés high-tech lorgnent avec beaucoup d’insistance sur le secteur de la santé désormais. Il est issu ce cet intérêt soudain de nombreuses avancées permettant de diagnostique plus aisément et précocement les maladies telles que Alzheimer où Parkinson, et désormais le cancer du poumon.