La pollution de l’air est responsable de millions de décès chaque année dans le monde. Selon un rapport de State of Global Air, la pollution de l’air est la cinquième cause de mortalité parmi tous les risques pour la santé, se situant juste en dessous du tabagisme.

Chaque année, plus de personnes meurent de maladies liées à la pollution de l’air que des accidents de la route ou du paludisme. Il n’est donc pas surprenant que lorsque Google a lancé un appel ouvert à des organisations du monde entier leur demandant comment utiliser l’intelligence artificielle pour faire face aux défis de société, Google a choisi l’une des 20 organisations gagnantes pour lutter contre la pollution.

Surveiller les émissions des centrales électriques

Google a voulu dénicher des projets dans une variété de domaines ayant une expertise technique et un impact social. La société s’est ainsi tournée vers des organisations spécialisées dans l’IA et des professionnels capables de déterminer la manière dont la technologie pourrait être mieux utilisée.

Voici les effets néfastes de la pollution de l’air sur la santé :

Entez dans WattTime, avec pour objectif de libérer des algorithmes de traitement d’images et de réseaux de satellites, pour une plateforme de surveillance des émissions des centrales. Plus tôt ce mois-ci, WattTime a annoncé un financement de près de 1,7 million de dollars de la part de Google.

Suivre la pollution de l’air

La base de données publique de WattTime va suivre la pollution de l’air provenant de toutes les grandes centrales électriques du monde. Étant donné que cela se fera en temps réel et que les données seront disponibles, il n’est pas difficile de convenir avec Vox que c’est une très grosse affaire.

De plus, WattTime sera une source fiable d’informations vérifiées provenant de tierces parties sur chaque centrale. Les informations du système de suivi pourraient jouer un rôle en aidant les entreprises polluantes à se conformer aux normes environnementales.

Source :

Techxplore