Selon une nouvelle étude réalisée par des scientifiques de l’université de l’Alberta, les réseaux sociaux basés sur la localisation, tels que Twitter, peuvent fournir des informations et des points de vue cruciaux pour réagir aux catastrophes.

En utilisant l’algorithme d’apprentissage automatique pour classer les tweets par contenu, région et sentiment, les chercheurs ont examiné les tweets envoyés en Floride en 2017 lors de l’ouragan Irma, au cours duquel plus de six millions de personnes avaient été évacuées. Cette étude a révélé des faits intéressants pour garantir une meilleure intervention.

L’utilité des informations de localisation

Les chercheurs ont démontré que les données de localisation intégrées dans les tweets peuvent être utiles pour mieux comprendre le contenu pertinent pour les politiques. L’information peut être utilisée pour élaborer une politique à la fois pendant et après les catastrophes.

Voici les données que Twitter peut fournir en anglais :

Le processus a des chances d’accroître la précision des réponses et d’aider à prendre des décisions efficaces en matière d’affectation des ressources pendant et après une catastrophe. Twitter fournit des données en temps réel sur les expériences de ceux qui sont directement touchés par une catastrophe.

Comment déterminer la pertinence des tweets ?

L’étude a montré que les tweets plus longs étaient plus susceptibles d’inclure un contenu utile, basé sur le sentiment ou émotionnel. Les tweets les plus populaires étaient moins susceptibles d’inclure des données utiles sur la catastrophe et les sentiments négatifs s’exprimaient plus souvent dans les zones où se trouvaient de jeunes familles.

La recherche utilisant des réseaux sociaux basés sur la localisation, comme Twitter, présente un avantage supplémentaire par rapport aux autres plateformes, dans la mesure où les tweets peuvent inclure une composante géospatiale. Cela permet d’identifier l’emplacement d’un utilisateur au moment de la création du tweet, afin que les chercheurs puissent analyser non seulement les sujets abordés, mais également les endroits où ils se passent.

Source :

Techxplore