Un rein nécessaire à une transplantation a été livré par un drone pour la première fois de son histoire, a annoncé le centre médical de l’université de Maryland. Il s’agit d’une avancée majeure qui pourrait permettre un transport des organes plus rapide et plus sûr.

Le drone de haute technologie spécialement conçu à cet effet était doté d’un dispositif permettant de surveiller le rein tout au long de son trajet de cinq kilomètres jusqu’à son destinataire, une femme de Baltimore, âgée de 44 ans. Elle avait passé une dialyse avant l’opération.

Une solution plus pratique

Le drone, qui nécessitait une autorisation spéciale des autorités de réglementation de l’aviation, a décollé le matin et a volé à une altitude de 120 m pendant environ dix minutes avant de se poser à destination. Le docteur Joseph Scalea, qui faisait partie de l’équipe de chirurgiens ayant réalisé la transplantation, a salué le succès du projet.

Ci-dessous une vidéo en anglais parlant de cette nouvelle :

Ils envisageraient un autre transport. La distance est relativement sans importance. Le plus important est qu’ils ont pu intégrer la technologie des drones dans le système actuel de transplantation et de transport. Les méthodes d’acheminement actuelles impliquent des vols coûteux, générant parfois de nombreux retards.

Aider les patients en attente d’organes

Selon un rapport récent, près de 114 000 personnes sont sur les listes d’attente pour  une greffe d’organes aux États-Unis en 2018. Environ 1,5 % des prélèvements d’organes de donneurs décédés ne se sont pas rendus à la destination prévue, tandis que près de 4 % des prélèvements d’organes ont eu un retard imprévu de deux heures ou plus.

Scalea, qui a fondé une société qui gère les données pour les envois d’organes, a comparé le système à un service de type Uber qui se révélerait finalement moins coûteux. Cela facilite également la livraison des organes vers un point donné.

Source :

Techxplore