La prolifération des menaces mettant à mal notre mode de vie poussent les administrations à développer les moyens de surveillance ou de dissuasion. Un peu à l’image de la Chine et de ses millions de caméras capables de reconnaître les visages, les États-Unis se sont lancés dans un vaste chantier de modernisation des infrastructures sécuritaires de ses aéroports. Concrètement, 97 % des aéroports américains seraient prochainement équipés de systèmes de reconnaissance faciale.

Une question de sécurité nationale

C’est le département de la Sécurité interne qui a fait l’annonce en début de semaine. En effet, après des mois de tests pilotes dans une quinzaine d’aéroports, l’administration américaine aurait décidé d’installer des systèmes de reconnaissance faciale dans l’intégralité des aéroports du pays de l’Oncle Sam.

Le département explique sa décision par le fait que chaque année 60 000 personnes se retrouvent dans une situation d’illégalité après avoir dépassé le terme de leur visa. En 2018, ce sont 7 000 d’entre ces fraudeurs qui ont été interpelés et les possibilités sont quasi infinies, entre l’interception de menaces avant même qu’elles ne surviennent sur le territoire américain par exemple.

L’aéroport International de Seattle – Crédits photo : Flickr

Un dispositif similaire avait été déployé autour de la Maison Blanche il y a quelques mois et les résultats étaient tout simplement ahurissants. De nombreuses menaces étaient interceptées à peine quelques heures après son installation.

Désormais tous les aéroports équipés d’un système de reconnaissance faciale aux USA

Seuls 15 aéroports comptent de tels systèmes à ce jour. Un déploiement progressif aurait été lancé, pour qu’à l’horizon 2023 97 % des aéroports américains soient dotés de systèmes de reconnaissance faciale opérationnels.

Pour rappel les USA ne sont pas le premier pays à prendre l’option de la reconnaissance faciale. L’an dernier par exemple 3 000 enfants avaient été portés disparus en Inde. Grâce à ce système ils ont recouvré la liberté en l’espace de quelques jours à peine.