Si dans l’ensemble les composants électroniques du smartphone ont considérablement évolué durant les 10 dernières années, on ne peut pas en dire autant de l’autonomie de nos smartphones. Du fait non pas d’une diminution de la capacité de leur batterie, mais surtout à cause de la croissance des besoins énergétiques des composants qu’ils embarquent. Une équipe de chercher vient de mettre au point une puce Bluetooth qui consomme 10 fois moins d’énergie. Quel pourrait être l’impact de cette nouvelle sur nos terminaux mobiles ?

Les BLE comme puces Bluetooth du futur ?

La puce Bluetooth des smartphones fait partie des composants les plus énergivores. Elle est en effet permanemment allumée afin d’émettre et recevoir des données, ce qui à la longue peut sérieusement entamer l’autonomie du téléphone.

Alors à la recherche de la solution idoine pour réduire drastiquement la consommation de ces puces, des chercheurs américains ont développé le prototype d’une BLE pour Bluetooth Low Energy, dont la consommation est proche de la limite de l’insignifiant.

Mesure de la consommation énergétique d’une puce Bluetooth – Crédits photo : Wikimedia Commons

Développée par Nokia en 2006 sous l’ancienne appellation Wibree, le Bluetooth Low Energy n’avait pas vocation à remplacer la norme déjà établie. La firme finlandaise la vouait plus à un usage sur des dispositifs de pointe de taille miniaturisée. Cependant, grâce à des modifications apportées par des chercheurs américains, cette puce est devenue au fil de son processus de développement capable d’émettre vers et de recevoir des données depuis des appareils de taille normale.

L’avantage étant que la puce peut émettre durant des décennies sans consommer la moitié de l’énergie consommée par les puces Bluetooth actuelles

Nos smartphones n’en hériteront pas tout de suite

Bien que cette technologie révolutionnaire soit le pain béni pour accroitre l’autonomie de nos smartphones, il ne sera malheureusement pas possible de la voir débarquer dans l’industrie d’aussi tôt.

Le coût de la recherche associé aux contraintes d’intégration dans ces appareils ultra-sophistiqués fait en sorte qu’il faudra patienter de nombreuses années pour voir une puce BLE débouler dans la fiche technique d’un smartphone.

Source :

Sciencepost