Après des essais ratés, Disney se lance officiellement dans le streaming vidéo au travers de Disney+, sa plateforme de VOD concurrente de Netflix.

Disney+ : du contenu à n’en plus finir, beaucoup plus que Netflix

Si Netflix est obligé de produire lui-même la grande majorité des films et séries qu’il diffuse en streaming, Disney+ jouira du catalogue de sa maison mère, Disney. Et en la matière autant dire que les licences Disney sont de plus haut facture que celles de Netflix.

On retrouve notamment des franchises telles que Marvel, Star Wars, Pixar. Outre les précédentes productions de ces franchises, du contenu exclusif sera également proposé sur Disney+. Notamment Falcon & Winter Soldier qui conte les aventures des personnages Faucon et Bucky aperçus dans Captain America. Ou Wandavision une autre production Marvel mettant aux prises la Sorcière Rouge et Vision, et une série basée sur High School Musical.

L’interface de Disney+ – Crédits photo : Disney+

Divers personnages de l’univers Disney auront prochainement droit à des productions exclusives. Notamment Loki (dans Thor), Œil-de-faucon et Wideoack. Au total Disney ambitionne de regrouper et produire 7 500 épisodes de séries et des centaines de films. Autant dire que la bataille s’annonce rude avec Netflix.

Un service de streaming multiplateformes, comme Netflix

La force de Netflix réside dans le fait que le service américain de VOD soit accessible depuis n’importe quel appareil. Ce sera également le cas pour Disney+ qui devrait permettre à tout un chacun de visionner ses séries et films préférés depuis un ordinateur (Mac/PC/Linux) un smartphone ou une tablette.

Les propriétaires de SmartTV seront eux-aussi aux premières loges puisqu’une application spécialement conçue pour ce type d’appareils est également prévue. De même qu’un portage sur les principales consoles de jeux que sont la Xbox de Microsoft et la PS4 de Sony.

Disney+ : la tarification sera plus douce

Accessible au public dès le 12 novembre prochain, Disney+ sera facturé 6,99 dollars par mois ou 69,99 dollars l’année. Soit un abonnement 30 % moins onéreux que celui de son principal concurrent Netflix. L’Europe et le reste du monde devront patienter début 2020.