Considérée comme une maladie de vieillesse, l’arthrose fait partie de cette longue liste des maladies handicapantes et dont les traitements sont plus ou moins efficaces à ce jour. On ne guérit pas d’une arthrose, on en réduit juste les effets sur le corps et le retentissement sur la santé. Une petite lueur d’espoir naît cependant pour les patients atteints d’arthrose. Un traitement nouveau à base de champignons serait en cours de développement.

L’arthrose c’est quoi au juste ?

Maladie chronique, l’arthrose est une maladie articulaire qui est liée à l’âge. Plus on vieillit plus on est enclin à faire de l’arthrose. La maladie touche une personne sur trois âgée de plus de 45 ans.

Les mécanismes incriminés dans l’installation de l’arthrose sont assez simples. Une articulation est la rencontre de deux os, qui s’y touchent par le biais de cartilages situés de par et d’autres des os en jeu. Avec l’âge ce cartilage se fragilise et se fragmente en petits morceaux. La continuité de l’articulation n’est donc plus assurée et il s’installe une inflammation qui se manifeste chez le patient par une douleur intense.

Le champignon Cordyceps militaris – Crédits photo : Wikimedia Commons

Les traitements actuels de l’arthrose sont assez lourds mais consistent peu ou prou à limiter les manifestations de la maladie. Sans la guérir. Cependant leur efficacité est limitée et même controversée. Certaines revues médicales prétendent même qu’ils sont tout sauf utiles pour le patient. Avec une pléthore d’effets secondaires.

Un tout nouveau traitement à base de champignons est en phase de développement.

C’est une équipe de chercheurs de l’université de Nottingham au Royaume-Uni qui est à l’origine de cette découverte. Elle a basé ses travaux sur une molécule nommée cordycépine. Dérivée du champignon Cordyceps militaris, cette molécule prouvé son efficacité contre l’arthrose chez des souris.

Ces résultats prometteurs ont permis à l’équipe de Cornelia De Moor d’accéder à la seconde phase de développement du traitement qui sera prochainement testé sur des humains. Nous croisons les doigts pour les malades d’arthrose.