2019 est apparemment l’année des résurrections. Après Pininfarina Battista le célèbre carrossier Italien revenu au devant de la scène avec une monstrueuse sportive électrique, la Battista, c’est au tour du constructeur espagnol Hispano Suiza de revenir à la vie après plus de 50 ans de silence avec la Carmen. Cette voiture est elle aussi une sportive propulsée par de l’énergie électrique.

Hispano Suiza Carmen : comme un air de déjà vu

La marque espagnole Hispano Suiza fut fondée en 1904 et depuis reprise par Miguel Suqué Mateu, arrière-petit-fils du cofondateur Damian Mateu, elle entend conjuguer son avenir avec l’écologie.

De ce fait, la première auto new-age de l’espagnol n’est autre qu’un bolide électrique qui reprend les codes esthétiques de l’un de ses modèles mythiques.

Hispano Suiza Carmen : un bolide prêt à tout casser

En termes de performances brutes, la Carmen dispose sous son capot en fibre de carbone deux moteurs électriques disposés de part et d’autre des essieux dorsaux. Ces deux moteurs de 750 kWh décuplent 1 019 ch de puissance brute, qui aident à propulser le véhicule jusqu’à 250 km/h.

Le 0 à 100 s’effectue en moins de 3 secondes. Cependant, l’une des données les plus impressionnantes de cette sportive est son coefficient de trainée, Cx 0.32. Il n’est que de très peu inférieur à celui d’une Ferrari F12 ou d’une Koenigsegg Agera R. Autant dire que l’accélération de la Carmen peut décoiffer.

Côté autonomie on a droit à 400 km de route selon le cycle NEDC. Soit un peu plus de 350 km en conditions réelles. Ce qui n’est déjà pas mal du tout.

Seulement 19 exemplaires prévus

Comme toute voiture d’exception, la Carmen d’Hispano Suiza sera produite en quantités limitées. La firme a officiellement annoncé ne pas avoir l’intention de faire plus de 19 exemplaires et à ce jour les précommandes sont déjà remplies de moitié.

Le prix de cette petite bombe électrique est fixé à 1,5 million d’euros et les premiers modèles sortiront des usines en fin 2019. Le dernier modèle sera produit en 2021.