La planète compte plus de 300 millions de personnes souffrant de dépression. Et ce nombre ne cesse de croître du fait de l’accroissement des difficultés liées aux conditions de vie mais aussi de la présence dans notre environnement, notre alimentation, de substances favorisant la survenue de cette maladie. Aux États-Unis, pays qui compte le plus de dépressifs au monde, l’eskétamine, un antidépresseur sous forme de spray nasal a vu le jour.

L’eskétamine, un médicament à action rapide

Tandis qu’il faut en moyenne plus de deux semaines pour qu’un patient commence à ressentir les effets bénéfiques d’autres antidépresseurs, il ne faut que quelques jours à l’eskétamine pour montrer ses premiers effets positifs sur la santé du dépressif.

Mais des effets secondaires assez troublants

Autorisée à l’unanimité lors d’un conseil de la FDA américaine, l’eskétamine est cependant à l’origine de nombreux effets secondaires qui s’ils ne sont pas contrôlés, peuvent aboutir à des catastrophes.

Un patient atteint de dépression – Crédits photo : Pixnio

En effet, l’eskétamine contient de la vitamine K. Cette dernière fait partie des complexes mécanismes de la coagulation, évitant par exemple en cas d’administration chez un patient hémorragique, qu’il ne se vide de son sang. Cependant, à certaines doses la vitamine K est susceptible de devenir une drogue euphorisante qui amplifie à l’extrême les perceptions sensorielles. Quelques patients ont même vécu une sensation de sortie de leur propre corps.

Des expériences qui mènent la majorité des patients à développer une addiction à cette drogue.

Cependant pas pour tous les patients

Nonobstant les bienfaits de ce nouvel antidépresseur, il n’est pas destiné à tous les patients souffrant de dépression.

Seuls ceux rencontrant des difficultés avec les traitements usuels seront concernés. Notamment ceux chez qui les autres traitements ont fait preuve de leur inefficacité.