Les progrès de la technologie ne touchent pas que les smartphones, les voitures ou ces domaines ancestraux qui connaissent un boom de l’innovation. La médecine aussi peut être à l’origine de prouesses notables comme en juge cette invention tout droit sortie des murs d’un institut de recherche. Des chercheurs auraient en effet réussi à fabriquer une aiguille intelligente qui aide les praticiens hospitaliers dans l’administration des soins.

Une aiguille intelligente pour aider à mieux gérer les soins

Bien que le consensus médical approuve l’administration de substances médicamenteuses par la voie parentérale (et donc des aiguilles) certaines régions du corps restent inaccessibles à ces shoots de seringue. Notamment situées sur des parties sensibles de l’organisme telles que la rétine ou l’espace suprachoroïdien.

Ces zones sont parfois si sensibles que le moindre bouleversement de leur continuité anatomique pourrait avoir des répercutions graves sur leur fonctionnement.

Une seringue médicale – Crédits photo : Pixabay

Pour solutionner cette problématique des chercheurs britanniques du Brigham and Women’s Hospital ont mis au point une aiguille 2.0 dont les propriétés sont stupéfiantes.

Comme l’explique en effet Jeff Karp, principal auteur de l’étude, cibler des tissus spécifiques à l’aide d’une aiguille conventionnelle peut être difficile et nécessite souvent une personne hautement qualifiée.

Comment fonctionne l’aiguille 2.0 ?

Non encore officiellement nommée, cette aiguille 2.0 est bardée de capteurs. Le rôle de ces derniers est surtout de ressentir les changements de pression appliqués à l’extrémité de la pointe de l’aiguille, selon les milieux traversés par cette dernière.

En fonction de cette différence de pression entre tissus la seringue est en mesure de savoir avec une exactitude absolue l’endroit du corps qu’elle traverse en temps réel. Ce qui rend bien plus précise l’injection.

Des avantages indéniables

Afin de convaincre plus efficacement le personnel de santé, les chercheurs à l’origine de cette révolution médicale soulignent qu’aucune formation supplémentaire n’est nécessaire pour le personnel soignant.

Source :

Sciencepost