La santé des femmes a longtemps été dépourvue d’innovation technologique, mais elle commence à changer en ce qui concerne les options de fertilité. Des start-ups obtiennent des centaines de millions d’investissements en capital-risque, ce qui représente une augmentation importante par rapport au manque de fonds collecté les années précédentes.

Les entreprises spécialisées dans la fertilité sont concentrées sur un marché en croissance. Les couples choisissent d’avoir un enfant plus tard dans la vie, un nombre croissant de femmes sont capables de prendre leurs propres décisions sur le moment et la manière de procréer et, globalement, environ 10 % des femmes ont des difficultés à concevoir.

Un domaine encore mal exploité

Les start-ups travaillent à améliorer la situation des femmes ayant des difficultés à tomber enceinte, que ce soit dans des cliniques traditionnelles, des plateformes d’informations, des applications mobiles, des appareils portables, des tests médicaux destinés aux consommateurs ou autrement.

Voici la présentation de Glow en anglais :

Même si le volume d’investissements reste relativement faible, la tendance est à la hausse. D’ailleurs, récemment, SoftBank, une société de capital-risque prolifique, connue pour son fonds de près de 100 milliards de dollars, a investi dans Glow, une application de suivi de la période d’ovulation destinée à aider les femmes à procréer.

Un marché en plein essor

Femtech, un terme inventé par Ida Tin, fondateur d’une autre application, Clue, qui suit également la période d’ovulation, se définit comme tout logiciel de diagnostic utilisant la technologie pour améliorer la santé des femmes.

Femtech, et plus particulièrement les entreprises des secteurs de la fertilité et de la conception, n’a pas fait la une des journaux aussi souvent que l’IA ou la Blockchain. Probablement parce que les entreprises du secteur n’ont pas encore conclu autant d’opérations notables. Mais les choses sont en train de changer. Le marché mondial des services de fertilité devrait dépasser 21 milliards de dollars d’ici 2020. Les investissements privés dans le secteur des Femtech ont dépassé 400 millions de dollars en 2018, après avoir atteint un sommet de 354 millions de dollars l’année précédente.

Source :

TechCrunch