Ils font partie d’une longue chaine alimentaire, et bien qu’ils soient nuisibles pour l’Homme les moustiques participent à la pérennité de notre espèce sur Terre. Malheureusement certaines espèces de moustiques sont si nocives qu’elles doivent être exterminées. Des recherches ont permis de mettre en évidence le pouvoir d’un médicament coupe-faim dans le combat que nous menons aux moustiques.

Un médicament coupe-faim au secours de nos villes

Les moustiques sont partout dans notre écosystème et malgré les nombreuses options d’extermination qu’il existe aujourd’hui les colonies de moustiques ne cessent de croitre. De plus, ces derniers ont développé des résistances aux insecticides usuels et même industriels parfois utilisés. Comment se débarrasser dès lors de ces insectes nuisibles ? La solution pourrait venir d’un médicament en temps normal utilisé chez l’Homme.

C’est la cinglante conclusion d’une étude menée par l’université de Rockefeller et publiée dans la revue Cell du 7 février dernier.

Un moustique du genre Aedes aegypti – Crédits photo : Wikimedia Commons

Les chercheurs se sont en effet basés sur l’exemple des médicaments utilisés pour réduire la sensation de famine chez les patients obèses. Nommés coupe-faim, ces substances pourraient réduire voire stopper la soif de sang des moustiques.

Comment agira le médicament sur les moustiques ?

Testés sur la femelle Aedes aegypti particulièrement vorace, les coupe-faims pour moustique ont réussi à détourner cette grosse consommatrice des vaisseaux sanguins de l’Homme.

De manière générale les scientifiques ont réussi à créer chez les moustiques utilisés dans le cadre de leurs expérimentation une sensation de satiété. Si bien que les moustiques se détournèrent de la consommation de sang pendant plusieurs jours.

Des obstacles tout de même

Le but des travaux de l’équipe de chercheurs américains n’est pas d’éradiquer les moustiques de notre écosystème (car il y jouent un rôle majeur), mais bien de réduire leur nuisance vis à vis de l’Homme. Le seul véritable obstacle serait cependant de faire absorber naturellement cette substance aux moustiques.

Source :

Sciencepost