Le fantasme des vols fendant le ciel à plus de la vitesse du son n’est plus une utopie. Du moins en ce qui concerne la faisabilité de la chose. Un vol commercial en provenance de l’Amérique a en effet réussi à traverser l’Atlantique à plus de 1 200 km/h, soit de loin plus que la vitesse du son. Ceci fut possible grâce à des conditions météorologiques exceptionnelles et un jet-stream sans nul pareil.

C’est quoi le jet-stream ?

Aussi utile à l’avion que le carburant qui alimente les moteurs de ce dernier, le jet-stream est un ensemble de variables météorologiques qui régissent la circulation des avions dans le ciel. Il s’agit d’un couloir aérien au sein duquel le vent atteint des vitesses maximales pour une altitude donnée.

Plus simplement il s’agit d’un type particulier de courant ou flux aérien. Le jet-stream est donc à l’avion ce qu’est l’aérodynamique à la voiture. Et en la matière un avion de ligne traversant le 18 février dernier l’Atlantique a expérimenté l’un des jet-streams les plus puissants jamais enregistrés. Ce qui a permis aux passagers à bord d’arriver avec des dizaines de minutes d’avance à leur destinations respectives.

Los Angeles – Londres en moins de 6 heures de vol ? Oui ! C’est possible

Un vol commercial de la compagnie Virgin Altantic reliant Los Angeles à Londres a établi un nouveau record. Il a en effet atteint une vitesse moyenne de 1 289 km/h grâce à un jet-stream favorable. Les passagers ont pu débarquer dans la capitale Britannique avec 45 minutes d’avance sur les horaires usuels.

Un petit avion de ligne – Crédits photo : PxHere

Le jet-stream qui a permis cette petite prouesse est né d’une disproportionnalité ds températures présentes dans l’atmosphère dans sa couche troposphérique entre le Nord et le Sud. Le tout en absence de perturbation météorologique de grande ampleur.

Le chef de cabine a reconnu une fois l’appareil au sol, n’avoir jamais vécu un tel type de courant aérien de toute sa carrière de pilote professionnel.